Présentation

Faubourg Saint-Jean, l'incomparable!

L’unique faubourg Saint-Jean vous attend! Venez découvrir la vie des gens de Québec dans sa grande diversité. Rencontrez des gens chaleureux, authentiques, attachants et passionnés. Découvrez la richesse de son histoire, de son architecture et de ses attraits et laissez-vous séduire par ses artisans. Fins palais, aventuriers du goût et gourmands, vous avez rendez-vous avec les saveurs au faubourg Saint-Jean! Cédez à une fringale d’après-midi dans les commerces artisanaux et les épiceries fines qui font la réputation du faubourg. Partagez un moment entre amis dans ses bars sympathiques où les gens du quartier se retrouvent dans une franche convivialité. Venez vous divertir, danser et assister à des spectacles en tous genres dans les bars, pubs, bistrots et cabarets du coin. Osez la découverte dans les nombreux restaurants multiethniques qui vous ouvrent leur porte. Sous les flocons comme en chaude saison, offrez-vous une douceur dans les boutiques originales dont regorge le quartier : articles faits main, produits d’importation, créations ou articles hors-série. Visitez des boutiques de vêtements, de chaussures et d’accessoires uniques à Québec. Soyez dans le moment présent et vivez la magie chez ses coiffeurs et dans ses salons d’esthétique renommés. Croyez-nous, le faubourg Saint-Jean n’a pas fini de vous surprendre! Vous y vivrez une expérience mémorable avec des gens inoubliables.

Faubourg Saint-Jean, l’historique!

Le faubourg Saint-Jean est depuis toujours un village au cœur de la ville de Québec. Il importe d’abord de bien comprendre ce que signifie le mot faubourg pour comprendre la subtilité de son histoire. Ce terme désigne la partie d’une ville située à l’extérieur de son enceinte. À l’époque de la Nouvelle-France, le bourg (ville fortifiée) ouvrait ses portes au lever du jour pour les refermer au coucher du soleil, laissant ainsi les habitants des faubourgs sans services ni protection militaire.

Précisons également que l’histoire de la rue Saint-Jean intra-muros (le Vieux-Québec) et celle de la rue Saint-Jean extra-muros (le faubourg Saint-Jean) sont différentes mais complémentaires. Ces deux zones distinctes offrent aux visiteurs un regard différent sur l’histoire de la ville de Québec. La rue Saint-Jean, de même que la porte Saint-Jean et le faubourg Saint-Jean, a été nommée ainsi en l’honneur de Jean Bourdon. Cartographe et ingénieur-arpenteur, il s’installe en Nouvelle-France en 1640 sur une terre qu'il appelle fief Saint-Jean et qui est située dans l'actuel quartier Montcalm. Il aménage en 1667 le chemin de Saint-Jean pour relier sa terre à la ville fortifiée. La rue Saint-Jean devient, dès 1737, le point de départ du Chemin du Roy, seule route carrossable reliant Québec à Montréal.

Dès le début du 18e siècle, des artisans s’installent aux portes de la ville fortifiée, le long de la rue Saint-Jean. Leurs habitations seront détruites et reconstruites à plusieurs reprises, tout d’abord en 1745, pour permettre le réaménagement des remparts, et de nouveau en 1775, lors du siège de Québec par les Américains, pour éviter qu’ils ne s’y abritent. Il faudra attendre le retrait définitif des troupes britanniques pour que le peuplement et le développement commercial du faubourg Saint-Jean connaissent un véritable essor.

Au 19e siècle, le faubourg est dévasté par de terribles incendies. Deux d’entre eux seront particulièrement significatifs pour son histoire. Le grand feu de 1845, lors duquel ont brûlé deux églises, trois écoles et près de 1 300 maisons, a laissé des milliers de personnes sans abri. Cette catastrophe aura toutefois permis l’élargissement de la rue Saint-Jean, l’aménagement de larges vitrines au rez-de-chaussée des immeubles et l’accélération de la construction d’un système d’aqueduc à Québec. 

Une autre date fatidique pour le faubourg Saint-Jean est celle de l’incendie de 1881. En sept heures, les flammes ont eu raison de l’église Saint-Jean-Baptiste et de 1 200 maisons, et ont jeté à la rue plus de 5 000 personnes. À la suite à ce désastre, la ville améliore son système d’aqueduc et interdit le bois comme matériau de construction. De plus, une seconde église Saint-Jean-Baptiste est érigée suivant les plans de l’architecte Joseph-Ferdinand Peachy, résident du faubourg. Cette église demeure aujourd’hui le joyau du faubourg et l’une des plus belles églises de Québec. Elle est, depuis sa création, un point de repère immanquable du centre-ville de Québec.

À partir du 19e siècle, plusieurs communautés culturelles composent le faubourg Saint-Jean; l’architecture, les noms de rues et les deux églises en sont les témoins. Cette diversité ainsi que les tragédies et le développement commercial ont en quelque sorte façonné le visage qu’on lui connaît de nos jours.

Depuis toujours, les mots unique, authentique et chaleureux décrivent le quartier. Le faubourg Saint-Jean est riche de son histoire et résolument tourné vers l’avenir. Venez y découvrir son passé et y partager le présent.